Expérimenter pour apprendre

4- Les choses qui poussent

jeudi 26 novembre 2009, par Administrateur


Séquence « Les choses qui poussent »

 

Les écoles qui participent à cette séquence ont mis en ligne leur travail sur leur site respectif :

 

Ecole de la Freissinouse (cliquer ici pour visiter leur site) ;

 

Ecole de la Faurie (cliquer ici pour visiter leur page internet) ;

 

Ecole de Savournon (cliquer ici pour visiter leur site).

 

Extraits des programmes :

 

Cycle 2 : Découvrir le monde

« (…) Les enfants observent les différentes manifestations de la vie.

Élevages et plantations constituent un moyen privilégié de découvrir le cycle que constituent la naissance, la croissance, la reproduction, le vieillissement, la mort. (…) »

 

Cycle 2 : Découvrir le monde du vivant, de la matière et des Objets

« (…) Les élèves repèrent des caractéristiques du vivant : naissance, croissance et reproduction ; (…) »

Cycle 3 : Sciences expérimentales et technologie

« (…) Le fonctionnement du vivant

Les stades du développement d’un être vivant (végétal ou animal).

Les conditions de développement des végétaux et des animaux.

Les modes de reproduction des êtres vivants.(…) »

 

Extraits des « Fiches connaissances » :

Difficultés provenant des liens avec le vocabulaire courant

Les termes « être vivant », « végétal », « organisme » sont généralement peu utilisés par les élèves. Ce sont donc des concepts à construire. Pour les jeunes élèves, c’est surtout la possibilité de réaliser des mouvements qui caractérise un être vivant, ce qui explique que la vie végétale soit perçue plus tardivement que la vie animale. Certes, le mouvement existe aussi chez les plantes, mais il est très limité et en général rarement perceptible.

Le mot « plante » désigne tout végétal dans le langage courant, alors qu’il devrait être réservé à ceux possédant des racines (et donc « plantés »).

Les descriptions des cycles de la nature entretiennent souvent la confusion entre cycle de vie et cycle saisonnier.

La notion de cycle de vie n’est envisageable qu’au niveau de l’espèce, elle ne doit pas être utilisée pour l’individu, car elle ne rend pas compte du fait que la vie de l’individu n’est pas un éternel recommencement mais est caractérisée par un début et une fin. La mort, trop souvent cachée, est souvent présentée comme un accident de parcours alors qu’elle est le terme inéluctable de l’existence d’un organisme vivant.

Difficultés provenant des idées préalables des élèves

Les élèves ne se représentent le plus souvent que ce qu’ils voient ; ainsi un végétal est-il souvent dessiné sans racines. De plus, les jeunes élèves sont plus sensibles aux différences observables (entre un animal et un végétal) qu’aux similitudes qui se dégagent de la réflexion (unité du monde vivant). Les élèves n’établissent pas toujours de relation entre une fonction (exemple : respiration) et son support anatomique (exemple : poumons).

Les élèves sont plus sensibles aux histoires individuelles des êtres vivants qu’aux étapes des cycles de vie. Mettre en boucle un cycle animal ou végétal n’est pas compris par les jeunes élèves, parce que ce n’est plus le même être vivant qui est retrouvé à la génération suivante.

Quelques écueils à éviter lors des observations et des manipulations

Les acquisitions de connaissances résultent nécessairement de synthèses successives faites au terme d’activités menées à différents niveaux : éviter de lier l’acquisition de telles connaissances à une seule activité.

Les expérimentation doivent être motivées par un problème clairement formulé. Éviter de se contenter d’une seule observation pour tirer une conclusion.

Connaissances

Les êtres vivants se distinguent des objets inanimés par des fonctions qui leur sont communes : besoins

nutritifs et nutrition, respiration, reproduction, relations avec le milieu. Ils donnent naissance à des individus de la même espèce.

Chez les animaux et les plantes, chaque fonction a pour support un organe ou plusieurs organes, qui

constituent alors un appareil (ou système).

Les êtres vivants d’une même espèce présentent un fonctionnement globalement semblable (unité), mais

les réactions d’un individu peuvent différer légèrement de celles d’un autre (diversité).

Les végétaux verts (chlorophylliens) ont besoin d’eau, de substances minérales (existant dans le sol ou qui peuvent être apportés par des engrais), du dioxyde de carbone (gaz carbonique) de l’air et de lumière pour vivre en fabriquant leur propre matière organique.

Les végétaux qui ont des racines puisent l’eau et les substances minérales dans la terre. Ils captent la lumière et le dioxyde de carbone par les feuilles. L’eau circule dans les racines, les rameaux et les tiges. Les végétaux aériens perdent de l’eau au niveau des feuilles.

Pour en savoir plus

La fabrication de matière organique par les végétaux verts grâce à la lumière (photosynthèse) s’accompagne d’un rejet de dioxygène (oxygène).

Par ailleurs, de jour comme de nuit, les végétaux verts respirent (absorption d’oxygène et rejet de dioxyde de carbone). Cette respiration est masquée à la lumière par la photosynthèse.

En agriculture, l’utilisation des engrais constitue un apport supplémentaire de substances minérales dans le but d’augmenter les rendements.

  • Les termes « dioxygène » et « dioxyde de carbone » correspondent à une nomenclature chimique correcte de l’oxygène gazeux et du gaz carbonique présents dans l’air ambiant. Leur usage n’est cependant pas une nécessité à l’école primaire.

  • Le métabolisme d’un être vivant correspond à l’ensemble des réactions qui permettent une destruction

partielle des matières organiques ingérées et l’assimilation des matériaux correspondants par les cellules.

La procréation permet la naissance d’un nouvel être vivant porteur des caractères de son espèce mais non identique à ses parents.

La reproduction non sexuée (par clonage naturel ou artificiel) donne naissance à un être identique.

 




 

EMALA  EMALA du Buëch,   Circonscription Gap-Buëch — Responsable de publication : M. l'IEN de circonscription
Dernière mise à jour : lundi 18 novembre 2013 — Tous droits réservés © Académie d'Aix-Marseille 2008-2014
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | S'authentifier | Espace privé | Site réalisé avec SPIP